Accueil > Littérature > Anthologie > L > LA FONTAINE Jean de (1621-1695)

LA FONTAINE Jean de (1621-1695)

Dernier ajout : 10 octobre 2018.

Articles de cette rubrique

  • Les Animaux malades de la peste

    23 décembre 2011, par Silvestre Baudrillart

    Un mal qui répand la terreur, Mal que le Ciel en sa fureur Inventa pour punir les crimes de la terre, La Peste (puisqu’il faut l’appeler par son nom) Capable d’enrichir en un jour l’Achéron, Faisait aux animaux la guerre. Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés : On n’en voyait point d’occupés A chercher le soutien d’une mourante vie ; Nul mets n’excitait leur envie ; Ni Loups ni Renards n’épiaient La douce et l’innocente proie. Les Tourterelles se fuyaient : Plus d’amour, partant plus de (...)

  • Le Singe et le Chat

    23 décembre 2011, par Silvestre Baudrillart

    Bertrand avec Raton, l’un Singe et l’autre Chat, Commensaux d’un logis, avaient un commun Maître. D’animaux malfaisants c’était un très bon plat ; Ils n’y craignaient tous deux aucun, quel qu’il pût être. Trouvait-on quelque chose au logis de gâté, L’on ne s’en prenait point aux gens du voisinage. Bertrand dérobait tout ; Raton de son côté Etait moins attentif aux souris qu’au fromage. Un jour au coin du feu nos deux maîtres fripons Regardaient rôtir des marrons. Les escroquer était une très bonne affaire : (...)

  • Le Renard et le Bouc

    23 décembre 2011, par Silvestre Baudrillart

    Capitaine Renard allait de compagnie Avec son ami Bouc des plus haut encornés. Celui-ci ne voyait pas plus loin que son nez ; L’autre était passé maître en fait de tromperie. La soif les obligea de descendre en un puits. Là chacun d’eux se désaltère. Après qu’abondamment tous deux en eurent pris, Le Renard dit au Bouc : Que ferons-nous, compère ? Ce n’est pas tout de boire, il faut sortir d’ici. Lève tes pieds en haut, et tes cornes aussi : Mets-les contre le mur. Le long de ton échine Je grimperai (...)

  • Le Renard et la Cigogne

    23 décembre 2011, par Silvestre Baudrillart

    Compère le Renard se mit un jour en frais, et retint à dîner commère la Cigogne. Le régal fût petit et sans beaucoup d’apprêts : Le galant pour toute besogne, Avait un brouet clair ; il vivait chichement. Ce brouet fut par lui servi sur une assiette : La Cigogne au long bec n’en put attraper miette ; Et le drôle eut lapé le tout en un moment. Pour se venger de cette tromperie, A quelque temps de là, la Cigogne le prie. "Volontiers, lui dit-il ; car avec mes amis Je ne fais point cérémonie. " A l’heure (...)

  • Le Loup et le Chien

    23 décembre 2011, par Silvestre Baudrillart

    Un Loup n’avait que les os et la peau, Tant les chiens faisaient bonne garde. Ce Loup rencontre un Dogue aussi puissant que beau, Gras, poli, qui s’était fourvoyé par mégarde. L’attaquer, le mettre en quartiers, Sire Loup l’eût fait volontiers ; Mais il fallait livrer bataille, Et le Mâtin était de taille A se défendre hardiment. Le Loup donc l’aborde humblement, Entre en propos, et lui fait compliment Sur son embonpoint, qu’il admire. "Il ne tiendra qu’à vous beau sire, D’être aussi gras que moi, lui (...)

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25