Accueil > Littérature > Anthologie > L > LA FONTAINE Jean de (1621-1695)

LA FONTAINE Jean de (1621-1695)

Dernier ajout : 10 octobre 2018.

Articles de cette rubrique

  • Le Coq et le Renard

    23 décembre 2011, par Silvestre Baudrillart

    Sur la branche d’un arbre était en sentinelle Un vieux Coq adroit et matois. "Frère, dit un Renard, adoucissant sa voix, Nous ne sommes plus en querelle : Paix générale cette fois. Je viens te l’annoncer ; descends, que je t’embrasse. Ne me retarde point, de grâce ; Je dois faire aujourd’hui vingt postes sans manquer. Les tiens et toi pouvez vaquer Sans nulle crainte à vos affaires ; Nous vous y servirons en frères. Faites-en les feux dès ce soir. Et cependant viens recevoir Le baiser d’amour (...)

  • Le Cochet, le Chat, et le Souriceau

    23 décembre 2011, par Silvestre Baudrillart

    Un Souriceau tout jeune, et qui n’avait rien vu, Fut presque pris au dépourvu. Voici comme il conta l’aventure à sa mère : J’avais franchi les Monts qui bornent cet Etat, Et trottais comme un jeune Rat Qui cherche à se donner carrière, Lorsque deux animaux m’ont arrêté les yeux : L’un doux, bénin et gracieux, Et l’autre turbulent, et plein d’inquiétude. Il a la voix perçante et rude, Sur la tête un morceau de chair, Une sorte de bras dont il s’élève en l’air Comme pour prendre sa volée, La queue en panache (...)

  • Le Coche et la Mouche

    23 décembre 2011, par Silvestre Baudrillart

    Dans un chemin montant, sablonneux, malaisé, Et de tous les côtés au Soleil exposé, Six forts chevaux tiraient un Coche. Femmes, Moine, vieillards, tout était descendu. L’attelage suait, soufflait, était rendu. Une Mouche survient, et des chevaux s’approche ; Prétend les animer par son bourdonnement ; Pique l’un, pique l’autre, et pense à tout moment Qu’elle fait aller la machine, S’assied sur le timon, sur le nez du Cocher ; Aussitôt que le char chemine, Et qu’elle voit les gens marcher, Elle s’en (...)

  • Le Chêne et le Roseau

    23 décembre 2011, par Silvestre Baudrillart

    Le Chêne un jour dit au Roseau : "Vous avez bien sujet d’accuser la Nature ; Un Roitelet pour vous est un pesant fardeau. Le moindre vent, qui d’aventure Fait rider la face de l’eau, Vous oblige à baisser la tête : Cependant que mon front, au Caucase pareil, Non content d’arrêter les rayons du soleil, Brave l’effort de la tempête. Tout vous est Aquilon, tout me semble Zéphyr. Encor si vous naissiez à l’abri du feuillage Dont je couvre le voisinage, Vous n’auriez pas tant à souffrir : Je vous défendrais (...)

  • Le Chat, la Belette, et le petit Lapin

    23 décembre 2011, par Silvestre Baudrillart

    Du palais d’un jeune Lapin Dame Belette un beau matin S’empara ; c’est une rusée. Le Maître étant absent, ce lui fut chose aisée. Elle porta chez lui ses pénates un jour Qu’il était allé faire à l’Aurore sa cour, Parmi le thym et la rosée. Après qu’il eut brouté, trotté, fait tous ses tours, Janot Lapin retourne aux souterrains séjours. La Belette avait mis le nez à la fenêtre. O Dieux hospitaliers, que vois-je ici paraître ? Dit l’animal chassé du paternel logis : O là, Madame la Belette, Que l’on déloge sans (...)

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25