Accueil du site > 6. Littérature > 61. Anthologie > R > RIMBAUD Arthur (1854-1891) > Le buffet

Le buffet

mardi 22 juillet 2014, par Silvestre Baudrillart

  • C’est un large buffet sculpté ; le chêne sombre,
  • Très vieux, a pris cet air si bon des vieilles gens ;
  • Le buffet est ouvert, et verse dans son ombre
  • Comme un flot de vin vieux, des parfums engageants ;
  • Tout plein, c’est un fouillis de vieilles vieilleries,
  • De linges odorants et jaunes, de chiffons
  • De femmes ou d’enfants, de dentelles flétries,
  • De fichus de grand’mère où sont peints des griffons ;
  • - C’est là qu’on trouverait les médaillons, les mèches
  • De cheveux blancs ou blonds, les portraits, les fleurs sèches
  • Dont le parfum se mêle à des parfums de fruits.
  • - Ô buffet du vieux temps, tu sais bien des histoires,
  • Et tu voudrais conter tes contes, et tu bruis
  • Quand s’ouvrent lentement tes grandes portes noires.

RIMBAUD Arthur (1854-1891)