Accueil > Littérature > Mes poèmes > A une vivante

A une vivante

dimanche 10 mars 2013, par Silvestre Baudrillart

  • Maman, tu t’en allais pour les lointains rivages,
  • Pour les marais fangeux du fleuve de l’Oubli ;
  • Les brumes du départ flottaient sur ton visage
  • Et rien ne semblait plus te retenir ici ;
  • La famille assemblée, les ultimes prières,
  • Tout était réuni pour un dernier adieu ;
  • Dans tes yeux souriants brillait cette lumière
  • Qui semble, à nous vivants, comme un reflet des cieux ;
  • Tous ils étaient venus, par vagues successives,
  • Les enfants, les amis et les petits-enfants,
  • Porter l’hommage aimant des cœurs à la dérive
  • Au lit de leur Maman et de leur Grand-Maman ;
  • Ceux qui n’étaient pas là étaient présents par l’âme :
  • Physiquement absents, mais leur cœur était là ;
  • Tout autour de ton lit brûlaient toutes les flammes
  • Posées sur les rameaux que ta vie engendra ;
  • Mais le berceau joyeux des fêtes de famille
  • N’était plus, cette fois, qu’un blanc lit d’hôpital,
  • Et les regards brillants des garçons et des filles
  • S’arrêtaient, embués, autour du lit fatal.
  • La Camarde était là, et ses orbites vides
  • Et ses ongles griffus qui semblaient te guetter ;
  • Peu s’en fallait qu’un seul de ses gestes avides
  • Ne coupe de ta vie le souffle si fluet ;
  • Un prêtre vint nous voir au milieu de la veille
  • Et signa sur ton front l’huile du sacrement,
  • Et la force du Christ opéra la merveille
  • A laquelle nos cœurs ne croyaient plus vraiment ;
  • Or, à côté de toi, une autre fille d’Eve,
  • Une Femme d’azur aux deux bras rayonnants,
  • La Mère de Jésus vint ranimer ta sève
  • Et redonner la vie à ton corps pantelant.
  • Miracle de Marie, bienfait de la prière,
  • Souffle de tous nos cœurs sur ton cœur réunis,
  • La flamme est revenue, étincelante et fière,
  • Et sa douce lumière efface nos soucis.
  • Remercions Marie, son Fils et la prière
  • Et pour ce beau cadeau levons nos cœurs vers Dieu.
  • Et lorsque reviendra la minute dernière,
  • Nous nous souviendrons tous de ce moment heureux.

Silvestre, 15 décembre 2012

Documents joints